Facebook : quand le simple j’aime devient une émotion

0

Au mois de Février Facebook a lancé une extension du bouton « j’aime » avec l’expression des sentiments tels que la tristesse, l’affection, l’hilarité, la colère et l’étonnement. Une nouvelle manière pour l’internaute d’exprimer de manière plus précis son ressentit face à une publication.

Actuellement, il n’est pas affirmé que le choix d’un émoticône soit une influence sur le contenu mais il permet de mieux cerner les attentes des internautes. D’un point de vue stratégie social média, ils vont permettre d’affiner la pertinence du fil d’actualité. Aujourd’hui, les réactions sont encore perçues comme des « J’aime » par l’algorithme de Facebook.

Marc Zuckerberg explique «  Les gens veulent pouvoir exprimer leur empathie. Nous y avons beaucoup pensé avec mon équipe et mon but était de rendre ces « réactions » aussi simples que le bouton « like ». »

Prochainement, Facebook modifiera son algorithme pour que chaque réaction ait une influence propre à elle-même. Cet objectif d’hyper ciblage aura pour fonction de récolter plus de données  en fonction des réactions des internautes. Le but est d’empêcher les actualités répétitives ou obsolètes d’envahir le fil d’actualité de l’utilisateur. Ainsi, Facebook pourra personnaliser le fil d’actualité d’une personne en fonction des données relevées.

Pour les campagnes publicitaires, les nouvelles réactions seront déterminantes pour comprendre comment l’internaute réagit. Ces nouveaux boutons peuvent devenir de précieux outils d’analyses pour les professionnels. Sur le long terme, les publicités seront personnalisées en fonction des intérêts des internautes.